Si le malade imaginaire de Molière accusait son corps de tous les maux, nos contemporains sont angoissés et se pensent malades en recherchant un bien-être total, étant convaincu que souffrir temporairement d’un mal-être est inadmissible. Qu’en est-il vraiment ? Sommes-nous aujourd’hui confrontés à de nouvelles formes d'hypocondrie ? Pourquoi ce culte du bien-être qui nous fait oublier qu’il est naturel de connaître des hauts et des bas.